Samedi 15 août 2015

 

Une fois la musique du bar éteinte (volume correct tout de même)... la nuit fut tranquille et reposante !

C'est sympa de pouvoir sortir ses fauteuils et table et de les laisser dehors. Le camping a aussi ses avantages !

Matinée et après-midi plage, sur un sable fin et propre.

Douches à volonté au retour, c'est aussi un grand luxe que nous n'avions plus depuis une dizaine de jours.

Nous restons pour la nuit.


Dimanche 16 août 2015


Deuxième nuit au camping idem à la précédente...

Deuxième jour au camping idem au précédent...

Et nous décidons de rester une troisième nuit, afin de laisser passer le weekend, toujours signe d'affluence.


Lundi 17 août 2015

 

Troisième nuit au camping idem aux précédentes.

C'est donc reposés que nous quittons ce camping dans la matinée.

Nous mettons cap tout au sud direction Vathia. Nous allons enfin découvrir le Magne. Cette partie du Péloponnese est la plus jolie, et correspond tout à fait aux "clichés" imaginés de la Grèce.

Passé Aeropoli, les paysages sont splendides ! Ce sont d'abord, comme pourrait dire un célèbre chanteur du sud-ouest, des cailloux, puis de l'espace, et des cailloux dans l'espace, pour faire des espaces de cailloux... la bonne humeur est revenue à bord de Martin !

Après les cailloux donc, ce sont des vues fabuleuses sur la mer, avec des criques quasi-inaccessibles, avec une eau d'une couleur incroyable, puis des villages anciens fortifiés, c'est vraiment très très beau !



Nous arrivons ensuite à Vathia, curieux petit village de maisons en pierres, qui semble avoir été abandonné soudainement ! Dans l'ancien bar-restaurant se trouvent encore les registres comptables, il reste des bouteilles de boisson dans les caisses en bois, curieuse atmosphère dans ce village fantôme !


Vathia




Nous avions ensuite repéré un parking tout à la pointe (Kokkinogia), que nous avions appelé parking du bout du monde, alors effectivement c'était bien le bout du monde, mais par contre nous n'étions pas les seuls à l'avoir trouvé...impossible de se trouver une place, demi-tour obligatoire.

Après avoir déjeuné sur un dégagement avec vue sur la mer, nous remontons un peu et trouvons à stationner vers Diros, dans un endroit superbe formant une anse rocheuse. Il y a déjà 6 ou 7 CC installés et pas mal de voitures (qui repartirons en fin d'après-midi), mais nous trouvons quand même à nous garer face à la mer, avec un petit endroit pour manger, et même une mini-plage "privée" pour nos serviettes !

L'eau est bien entendu chaude, et il y a même quelques rouleaux pour s'amuser d'avantage.

Où est le piège ?

Diros
Diros


Mardi 18 août 2015

 

Nuit calme, juste le bruit des vagues.

Journée farniente sur notre super emplacement.

Passage de la police dans la matinée, pas de souci.

Il en est autrement pour nos amis eysinois et marmandais qui ont eu, à Hamoudia (sud ouest de la Grèce continentale), une amende de 300 € pour camping sauvage ! Ils avaient laissé leur tables et chaises dehors durant une baignade... Ce pays marche sur la tête !

Nous assisterons à un magnifique coucher de soleil, avant notre seconde nuit sur place.



Mercredi 19 août 2015

 

Nuit tranquille.

Nous quittons ce qui aura été notre meilleur bivouac jusque là.

Nous remontons vers Kalamata par une très belle mais pénible route côtière (à peine 40km/h de moyenne), effectuons quelques courses au Lidl et nous dirigeons vers Methoni afin d'y voir sa citadelle vénitienne. En fait nous ne la verrons qu'à travers le pare-brise car nous ne trouvons aucune possibilité de stationnement, nous y voyons même et pour la première fois dans ce pays, des panneaux spécifiques à l'interdiction de stationnement des camping-car !

Tant pis pour Methoni, tant pis pour nous...

Nous déjeunons sur un terrain vague, et quitte à ce que la journée soit fichue, nous décidons de rouler vers le nord et d'aller se poser à Kalo Nero et sa célèbre plage aux tortues.

Mais décidément il est écrit que ce serait une journée de m.... , car tout d'abord nous nous retrouvons sans Gps (la tablette nous ayant lâchement abandonnée), donc plus aucun poi's, ensuite en arrivant à Kalo Nero (à la carte donc) l'aire est pleine, pas spécialement bien fréquentée et l'endroit ne nous plait pas vraiment, coincé entre deux bars.

Allez, on continue ! On tente la plage suivante à Eléa où j'avais souvenir d'y avoir repéré un bivouac. Effectivement il y avait une possibilité de stationnement mais plus d'une centaine de tentes y sont installées, des "zadistes" avec chiens protestant si j'ai bien saisi contre un projet immobilier sur le secteur.

C'est bien..., mais nous n'avons ni dreadlocks, ni pataugas, ni patchouli, ni chien d'ailleurs, allez on repart !

Et c'est après 8 ou 9 heures de route dans la journée, crevés et énervés que nous atteignons le camping Alphios à Olympie. Heureusement un excellent accueil en français, et une très grande piscine nous firent vite oublier cette sacré journée !

 

Le trajet du jour
Le trajet du jour
Camping Alphios
Camping Alphios


Jeudi 20 août 2015

 

Nuit calme, quelques aboiements...

On se prépare tranquillement et descendons à pied vers la ville et le site archéologique. (15 mn environ en descente...)

Le site est dans un superbe environnement mais manque cruellement d'explications et d'illustrations pour pouvoir s'immerger dans l'histoire des lieux. On se contentera des explications du routard, c'est dommage pour un endroit aussi mythique.

Nous enchaînons ensuite avec le musée qui présente de très belles et rares pièces, tel les deux frontons  du temple de Zeux (fabuleux) ou la série de statues quasi-complètes.

Nous déjeunons sur place au Socrates, mais l'endroit est trop touristique pour proposer de la qualité, à éviter donc ...

Retour au camping, ça monte sévèrement, il fait hyper chaud mais on sait que la piscine nous attend !

Le reste de la journée fut donc baignade, transat, et vice versa... 

Retour à l'emplacement, il n'y a quasiment personne dans ce camping (moins d'une dizaine d'emplacement occupée...) mais un fourgon espagnol a réussi à se coller à nous, avec tables et chaises à moins de 2 mètres ! Dommage que nous n'ayons pas de sardines à griller... On se déplacera pour plus d'intimité.








Vendredi 21 août 2015

 

Nuit calme.

Petit souci... Victoria a déclenché une otite hier soir, heureusement que nous avons des médicaments d'avance, après bien sur une consultation virtuelle par téléphone avec tonton JC !

Ce matin, nous passons à la réception demander l'adresse d'une pharmacie pour acheter des bouchons d'oreilles pour la baignade. La gérante du camping nous propose de téléphoner à sa fille qui est en ville, pour qu'elle nous en ramène, évitant ainsi de se déplacer ! Quelle gentillesse de sa part, bravo, et 1/2 h plus tard nous serons en possession de ces fameux bouchons, encore merci car je transpirais d'avance à l'idée de remonter une deuxième fois la côte...

Du fait de l'otite, nous restons une journée supplémentaire ici, c'est plus facile et moins risqué de se baigner en piscine qu'en mer. Après-midi baignade donc ...

J'ai tenté de réparer ma tablette Gps mais sans succès ... Le reste de la virée se fera donc à l'aide de la carte et des smartphones, mais l'exploration sera de ce fait limitée.


Samedi 22 août 2015 

 

Nuit correcte.

Après avoir réglé nos 3 nuits (79€) et avoir fait les services (1er camping réellement équipé), nous reprenons la route vers le nord. Nous verrons sur cette portion des montagnes d'ordures peu ou plus ramassées, c'est catastrophique et donne vraiment une image déplorable du pays.

Nous roulons environ 1 heure, et sur les conseils du routard, nous nous posons au camping Fournia Beach à 5 km de Kastro.

C'est un camping effectivement très sympa, avec de grands emplacements spécifiques CC avec vue sur la mer.

L'accès à la plage se fait par des escaliers en bois, et il y a plusieurs petites terrasses équipées de transat, parsemées sur la falaise. C'est très beau et aménagé avec gout. Nous en trouverons une au plus prés de l'eau, sans vis à vis, et passerons un après-midi bien sympa, seuls au monde face à la mer !

Le trajet du jour
Le trajet du jour
Camping Fournia Beach
Camping Fournia Beach


Dimanche 23 août 2015 


Soirée et nuit hyper calme, pas de boum-boum au bar, juste le bruit des vagues et une relative fraîcheur (25°) pour bien dormir.

Matinée et après-midi plage.

En fin de journée, nous aurons l'agréable surprise de voir arriver nos amis Patrick, Emilia, Lyla et Thierry et Léo ! Ils viennent d'arriver dans le Péloponnèse après avoir traversé l'Italie, la Croatie, le Montenegro, l'Albanie et une partie de la Grèce !

Ça nous fait super plaisir de les retrouver, et après l'apéro, nous irons manger tous au resto du camping pour ne somme dérisoire...(moins de 50€ pour nous 8 avec 1 plat et 1 boisson chacun)



Lundi 24 août 2015


Nuit toujours très tranquille.

Pour changer, ce sera journée plage... nous finissons nos vacances en roue libre, mais il est nécessaire de se reposer avant le périple du retour en France qui est prévu pour nous tous jeudi prochain.

Nous assisterons encore ce soir à un superbe coucher de soleil ! 



Mardi 25 août 2015

 

Nuit toujours aussi calme.

Ce sera une matinée un peu plus sportive que les autres (ce n'est pas compliqué...) puisque nous partons à pied, par un chemin dans un champ d'oliviers, vers le château Chlémoutsi à Kastro, soit environ 8 km A/R.

Ce château construit par les Francs vers 1400 est agréable a visiter, ça nous change des ruines de temples, même s'il n'y a pas grand chose à voir. Le tout petit musée intégré est interessant avec des pièces de monnaie de cette époque, ainsi qu'une pierre tombale écrite en vieux français "ici gît Agnès de ..."

Cette balade a eu le mérite de dégourdir nos jambes  trop habituées au transat en ce moment !

Resto le midi, plage l'après-midi





Mercredi 26 août 2015

 

Nuit impeccable.

Nous réglons nos 4 nuits (100€), et quittons ce camping bien sympa pour se rapprocher du ferry qui est prévu demain après-midi.

Nous effectuons quelques courses en route, et allons nous installer sur l'aire de Kalogria comme à notre arrivée le 4 août, ainsi la boucle est bouclée !

Après-midi plage, la dernière, mais l'endroit nous parait fade par rapport aux dernières plages fréquentées, on ne s'attarde donc pas, le retour est déjà dans nos têtes...

Le trajet du jour
Le trajet du jour
Kalogria
Kalogria


Jeudi 27 août 2015

 

Nuit correcte mais les chiens sont toujours là ...

Une fois les services effectués, direction le port de Patra.

Nous embarquons vers 15h avec un départ à 16h30, après avoir assisté à une partie de cache-cache entre les gardiens privés du port (pas vu la police...) et les migrants qui tentaient de se faufiler sous les camions.

C'est à une autre scène hallucinante que nous assisterons à l'escale d'Igoumenitsa, avec d'abord l'embarquement d'un nombre incroyable de véhicules (une quinzaine d'ailleurs restera à quai), et surtout 2 malheureux gars pour contrôler les 200 ou 300 piétons qui montaient à bord ! Inutile de préciser que cela s'infiltrait de tout coté...



Vendredi 28 août 2015


Nuit à bord correcte, mais avec beaucoup plus de vibrations qu'à l'aller.

Arrivée à Ancona vers 13h30, et c'était un tel foutoir dans les cales qu'il nous fallut 3/4 h pour en sortir !

Il nous fallut également presque 7 heures pour effectuer les 350 km  d'autoroute jusqu'à Soragna, enchaînant bouchons sur embouteillages ...

C'est donc à la tombée de la nuit que nous nous installons sur le parking-aire de ce village italien.

Le trajet du jour
Le trajet du jour
Soragna
Soragna


Samedi 29 août 2015

 

Nuit calme, mais réveil de bonne heure puisque nous avons prévu un départ à 7 heures pour essayer de zapper les embouteillages italiens. Ce sera encore loupé... énormément de circulation et de bouchons , et il nous faudra de nouveau quasiment 6 heures pour atteindre la frontière (environ 350km).

Nous déjeunons rapidement sur l'autoroute du coté de la Turbie.

Afin de rattraper notre retard (la rentrée c'est lundi... il aurait été, en fait, plus judicieux de prendre le bateau une journée plus tôt), nous prolongeons plus que prévu notre trajet sur l'autoroute malgré les tarifs hallucinants de Vinci, d'autant plus que 2 fois sur 3 nous passons en classe 3. Nous sortons à Aix en Provence, cette portion d'autoroute française nous aura coûté presque aussi cher que la traversée de l'Italie !

C'est également à Aix que nous nous perdrons avec Patrick et Emilia, Thierry et Léo étant attendu à Castres dans la soirée, c'est donc seuls que nous effectuerons la fin du trajet.

Nous reprenons un bout d'autoroute (nous n'avions pas assez participé aux 2 milliards de bénéfice de Vinci...) jusqu'à Salon de Provence, puis une nationale roulante jusqu'à Arles, à Montpellier on reprend la belle autoroute A75 (gratuite...) jusqu'à Béziers, puis malgré les nombreuses heures de route de la journée, nous poussons jusqu'à Carcassonne où nous arrivons vers 21 h, cela fait 14 heures que nous sommes partis, et avons effectué 825 km... Quel soulagement de se poser sur l'aire de la cité où nous avons déjà dormi une fois.

Le trajet du jour
Le trajet du jour
Carcassonne
Carcassonne


Dimanche 30 août 2015

 

Bonne nuit au calme.

Nous partons vers 8 heures, le fait d'avoir fait une grosse journée de conduite hier nous met moins de pression aujourd'hui, et c'est tranquillement que nous rejoignons la maison via Toulouse,Auch,Condom et Langon.

Nous aurons tout de même le courage de nous attaquer au grand nettoyage de Martin en arrivant, nettoyage plus que nécessaire car entre les embruns, les orages, la poussière, le sable et les moustiques, le pauvre est bien crado !

Le trajet du jour
Le trajet du jour

 

Ainsi s'achève cette virée.

Nous aurons effectué 4678 km durant ces vacances, vacances qui nous ne laisseront pas un souvenir impérissable, réussissant même à obtenir 100% des voix de l'équipage pour les placer en dernière position de nos virées estivales préférées !

Alors certes le soleil a été présent durant tout le séjour, la mer belle et chaude, nous avons eu aussi des bivouacs en bord de mer incroyables, des campings agréables mais l'état d'abandon du pays nous a désolé, les montagnes d'ordures écœurés, tous ces bâtiments et maisons délabrés, ces bars de plage bruyants, ont participé à notre déception. Et je ne parle pas du caillassage...

Le coût financier du ferry et le temps perdu en trajet et traversée n'apportent pas de plus-value plaisir par rapport à un pays comme la Croatie par exemple. 

Je crois également que nous nous sommes ennuyés, trop de plages et pas assez de visites.

Cela dit, ce fut quand même des vacances sympas que beaucoup aimeraient avoir, et cela fait un pays supplémentaire au tableau de chasse de notre brave Martin.


 

 

 

 

Cette virée vous a plus ? Un petit mot sur le livre d'or fait toujours plaisir !

 

Cliquez sur le livre

 

Merci